Quand le Bogolan n’a rien à envier au Wax !

Si le wax est actuellement sous le feu des projecteurs, le Bogolan n’a absolument rien à lui envier ! Le Bogolan est une technique traditionnelle très ancienne de teinture végétale pratiqué en Afrique de l’Ouest mais essentiellement valorisé au Mali et au Burkina Faso.

Typiquement manuel, cet art utilise principalement des produits naturels puisqu’il est  issu de la jonction de l’argile, de la forêt –racines, feuilles, encre– et du coton. Le Bogolan est un terme bamanan – bambara – qui signifie « bogo» argile et « lan »  mettre.

1. Le bogolan, un tissu écologique

Le Bogolan c’est – la modernité alliée à la tradition, – l’esthétique qui magnifie les valeurs et symboles des sociétés sahéliennes, c’est également l’expression de la personnalité de l’artisan producteur ainsi que le respect de l’écologie et de son environnement. Le Bogolan est donc une référence pour tous les amateurs de l’artisanat naturel et écologique.

Auparavant, la technique du bogolan se limitait uniquement sur le tissu de coton et servait essentiellement à l’habillement de la société africaine. De nos jours, l’utilisation de cet imprimé s’est diversifiée allant de l’habillement à l’ameublement, en passant par la décoration et à des accessoires divers et variés.

A l’origine, le Bogolan était réservé uniquement à une caste de la société ouest africaine. Il s’agissait de la caste des chasseurs et dans une moindre mesure les guerriers ainsi que les guérisseurs. Les ethnies issus du peuple Mandé bambara, dioula, malinké, mandingue, le kagoro…- confectionnent le Bogolan depuis fort longtemps.

Avec une calligraphie complexe composée de symboles cryptiques, le Bogolan ne laisse personne indifférent. Il est devenu très convoité aussi bien en Afrique que dans les autres continents.

2. Historique & procédé du Bogolan

Une femme revêtue d’un pagne teint au n’galama -feuille de l’arbre anogeissus leiocarpus : bouleau d’Afrique- l’aurait malencontreusement tâché avec de la boue provenant du fleuve. Lorsqu’elle tenta de le nettoyer, elle s’aperçut que la boue avait teint le tissu du vêtement, les tâches étaient devenues indélébiles.

Plusieurs ethnies ont depuis pratiqué et pratiquent encore à ce jour le Bogolan : les Dogons, les Bobos, les Sénoufos et Miniankas, les Malinkés et les Bambaras. Héritiers de cette tradition, ces ethnies ont chacun développé un style singulier évoluant à travers le temps.

La teinture du tissu s’obtient par réaction chimique lors de l’application de la boue sur le support textile. Ce travail artisanal était en général réservé aux femmes âgées ne pouvant plus se consacrer aux travaux éprouvants.

Toutes les nuances colorées sont obtenues à partir de matériaux minéraux et végétaux. Chaque tenue était à l’origine, de par ses motifs et ses coloris, vouée à un usage particulier. Chaque signe reproduit détenait une signification symbolique et précise. Dorénavant, ces motifs tendent à disparaître au profit de signes purement graphiques, vidés de sens.


Chaque signe dessiné sur le pagne avait une signification symbolique propre. Juxtaposés à d’autres signes et selon leur place dans la composition générale, les motifs chargés de messages offraient le récit d’événements réels et mythiques. Les signes devenaient alors une écriture pour ceux qui savaient les déchiffrer.

Des signes et motifs qui différenciaient l’épouse de la jeune fille ou qui renvoyaient directement à un événement ou à une caste : le circoncis, les jeunes mariés ou le chasseur… Le Bogolan était d’ailleurs un antibiotique naturel pour les jeunes circoncis grâce au n’galama.

L’interprétation donnée aux différents éléments ornant le textile révélaient la signification du pagne.
Les histoires reproduites sur le pagne en Bogolan protègent la femme qui le revête. Elle en possède plusieurs, portés selon leurs significations à des moments particuliers, de sa vie d’épouse ou de mère. Un tissu qui puise définitivement sa force dans ses racines africaines !

Pour se procurer des accessoires et vêtements en Bogolan, c’est par ici :

Bogolove-Paris 

Nakimuli

Nio Far 

Le Bogolan est un tissu africain et ancestral qui traverse le temps sans prendre une ride !

Amazonement Vôtre.

NEWSLETTERS

Si tu souhaites recevoir les articles et astuces en exclusivité par mail, inscris toi.

Please wait...

Merci de te joindre au monde d'une Amazone dans l'Hexagone !

SOURCE: http://www.oocities.org/infomali/bogolan/pagne.htm
Facebook Comments
Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *