Solidarité féminine : Pourquoi peine-t-elle à se développer ?

Bon nombre de femmes se toisent avec hargne, se dévisagent avec audace alors qu’un simple sourire réchauffe l’âme. Ah la solidarité féminine… Je n’ai jamais compris pourquoi entre filles, il peut y avoir autant de vice teinté de sournoiserie ?!

hum oprah winfrey ah

Source de vie et véritable pilier de sa future famille : une femme n’est pas censée être la « gardienne » potentielle des valeurs à transmettre ?

intersection amazone hexagone

1. La solidarité féminine afin d’allonger la portée de nos voix

solidarité feminine amazone hexagone

Confrérie, sororité, sisterhood et solidarité… J’ai l’impression que ces mots peinent à se mettre en place chez la gente féminine comparé à la gente masculine. En tant que femme, je trouve qu’il est important d’avoir cet état d’esprit où l’on fait primer la solidarité plutôt que nourrir entre nous une quelconque rivalité.

C’est vrai pourtant, pourquoi ne pourrions nous pas être heureuse de la réussite des autres femmes ? Nul besoin d’avoir un lien personnel avec une personne pour entretenir ce qui se perd petit à petit. La solidarité féminine ! Vu la conjecture actuelle, on est d’ailleurs en droit de se demander si elle a déjà existé ?

Bon j’abuse un peu là car la solidarité féminine a forcément existé !

Lorsque l’on pose le regard sur le Tiers Monde, on se rend vite compte des synergies féminines mises en place. Soulignons tout de même que dans ces pays, la solidarité féminine est beaucoup plus palpable que dans les contrées dit développés.

Il y a forcément un hic car tout n’est pas tout beau, tout rose. C’est donc dans la catégorie socioprofessionnelle que le couac se manifeste. Les riches et les moins nanties ne se mélangent pas, moui bon…rien de nouveau à l’horizon, malheureusement. A ce niveau,

Personnellement, j‘affectionne la réussite féminine et particulièrement lorsqu’elle est issue des quartiers en politique de la ville. J’admire et plussoie la réussite qui émane de ces jardins de macadam. Cette réussite qui jaillit de cet Éden bitumé où nous sommes désorientés, coincés entre le marteau et l’enclume et empilés les un sur les autres tel des poules de batterie.

Un terrain fertile pour le désenchantement qui n’hésite pas à y laisser sa semence alors pourquoi se tirer dans les pattes et vers le bas ?

A plusieurs niveaux, les chances sont déjà amoindries ! Il n’y a qu’a constater le taux de réussite de la plupart de nos établissements scolaires : il ne ressemble nullement à celui du 6e arrondissement parisien. Et cette satanée et décisive orientation 3ème qui peut se révéler incisive lorsqu’elle est mal ou peu encadrée, on en parle ? Une sorte de sélection entonnoir face à un avenir aussi sélectif qu’un tamis.

« Laisser une compétitivité négative s’installer au mépris de la solidarité, c’est désolant et révoltant ! »— L’Amazone Odélya

2. Comment légitimer un combat si on avance chacune pour soi ?

sisterhood bollywood amazone hexagone

Diviser est l’essence même de cette société et un grand nombre suit malheureusement le mouvement les yeux bandés. Ce mode négatif vient alimenter les stéréotypes et ses conformités imposées. Sans oublier que les réseaux sociaux amplifient aisément la part d’ombre que nous avons tous en nous.

C’est sur qu’avec ce cocktail détonnant, le slut shaming a de quoi se remplir la panse au grand regret des actes de bienveillance.

Éprouver de l’envie, c’est tout à fait normal, le plus important reste les actions qui découlent face à ce ressenti. Jalousie et envie… la limite peut être tellement fine au point de devenir imperceptible.

Il est donc nécessaire de mettre en lumière, ce désir qui motive au point d’impulser une énergie positive et combative afin de la différencier de cette envie qui nuit et nourrit la jalousie ainsi que la convoitise.

Entre amies, la solidarité féminine se met naturellement en place, c’est cette proximité amicale et les intérêts communs qui facilitent la tâche. Nous sommes des femmes indépendantes certes, mais nous avons toutes besoin de sa prochaine et à apprendre de chacune d’entre nous.

Pour espérer voir les choses bouger, c’est cette notion d’interdépendance, d’humanité et d’humilité qu’il est important de développer. Ce n’est pas en ayant de l’aversion l’une pour l’autre que l’on pourra prôner l’élévation de la femme et sa valorisation.

« La rivalité entre les femmes c’est quelque chose qui sert au patriarcat pour maintenir les femmes dans des situations très mauvaises. »  — Françoise Picq, docteure en science politique

3. C’est par le biais de la solidarité que les femmes parviendront à s’élever

solidarité entre femmes

Je remarque que cette solidarité qui peine à se développer dans les quartiers ne se fait pas prier dans les milieux quelque peu aisés. Ainsi que dans l’entrepreneuriat d’ailleurs. Est-ce une stratégie perspicace ou juste focalisée sur les intérêts ? 

Je serais d’ailleurs ravie qu’une âme charitable puisse m’apporter un élément de réponse.

Alors ok, il y a les tontines – coopérative de femmes qui mettent de l’argent en commun – mais à part ça ? Les associations de quartier ? Mouais… Pour y avoir bossé, mes souvenirs ne font pas état d’une jeunesse féminine prônant cette mutualité et cette entraide fraternelle.

Oui, la société évolue et tend sur l’individualité exacerbée. Ce n’est pourtant pas une raison pour négliger la solidarité féminine ! Une solidarité qui a toujours existé et qui subsiste tant bien que mal.

Nos aînées doivent pertinemment savoir de quoi est-ce que je veux parler.

Beaucoup de femmes ont compris que l’union féminine fait la force car dans un monde où la parité peine à se développer avec efficacité. Une démarche salutaire car la solidarité féminine est un poids considérable pour contrer cette société patriarcale et ouvertement misogyne.

Et puis, au final qu’est-ce que cela coûte d’agir avec bienveillance et de se soutenir entre femmes ? Rien mais qu’est-ce que ça fait du bien !

« La force du patriarcat, c’est de réussir à diviser l’humanité, pour mieux régner. » — Françoise Picq

intersection amazone hexagonePourquoi perdre son énergie à agir avec animosité et autant d’individualité alors qu’on a tant à s’apporter ? Sans oublier que seul, on va vite et ensemble, on va plus loin. Sérieusement les filles, nous avançons dans une ère où les nerfs sont plus que tendus, alors aimons nous d’un amour sincère et pur. De la solidarité découle l’humanité et il n’y a rien de plus vrai.

women solidarity amazone hexagone

Amazone, que penses-tu de l’état de la solidarité féminine aujourd’hui ?

Trouves-tu que c’est important de développer cette union féminine ?

N’hésites pas à me répondre en commentaire, je serais ravie de te lire et de te répondre.

Amazonement Vôtre

l'amazone hexagone

Retrouvons nous sur les réseaux sociaux

Facebook 

Instagram 

Twitter

Youtube

Follow my blog with Bloglovin

NEWSLETTERS

Si tu souhaites recevoir les articles et astuces en exclusivité par mail, inscris toi.

Please wait...

Merci de te joindre au monde d'une Amazone dans l'Hexagone !

Facebook Comments
Suivre:

2 Commentaires

  1. 22 juillet 2017 / 8:38

    Une excellente analyse du comportement féminin.
    Seule par notre solidarité nous pouvons évoluer et faire faire évoluer nos acquis.

  2. 10 août 2017 / 10:48

    Ton article est juste excellent !

    Il ne parle pas que de « solidarité » féminine, il pointe aussi cette malheureuse tendance à la division qui nous entoure, c’est bien plus large finalement.

    Je suis féministe et je travaille chaque jour en ce sens, avec mes petits moyens.

    Mais mon message est clair.
    Je ne supporte plus cette domination masculine latente qui nous oppresse et nous asservie, nous, les femmes.
    En étant féministe, j’insiste sur le fait que je ne suis pas sexiste, je ne suis pas en guerre contre les hommes, je suis en guerre pour les femmes, pour qu’elles se libèrent, pour qu’elles prennent leur place, LA place qu’elles ont envie de prendre dans leur vie, dans la société, pas une place qu’on leur accorde par gentilles ou par condescendance !

    Donc, oui, je crois à la solidarité féminine, et je dis tant pis à celles qui se laissent happer par la tendance générale, un jour elles comprendront qu’on a toutes à y gagner en serrant les coudes.

    Les droits des femmes sont trop souvent bafoués, et même en occident, ils restent fragiles, nous devons restées soudées et vigilantes !

    Merci pour cet article, j’adore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *