Noël ne sera plus jamais pareil…

Hello mes Amazones !

Je reviens avec un billet peu joyeux. Mais ma thérapie à moi, c’est d’écrire alors j’écris afin de mettre des mots sur ces maux. Il y a 1 an, ma famille a traversé une épreuve difficile et comme la vie peut se montrer clairement sévère, cela s’est passé en période de fête.

noel plus jamais pareil amazone hexagone intersection amazone hexagone

I. Un Noël bien sombrerepose-en-paix

Le 24 décembre au matin, je me suis levée avec une joie immense. Je savais que ce soir là, je passerais un agréable moment en famille. Encore dans le coaltar, j’allume mon téléphone et je reçois un message d’un numéro que je ne connaissais pas.

Un message qui m’a laissé de marbre: « Tonton L* est mort »… J’ai essayé d’appeler ce numéro et je suis tombée sur ma petite sœur qui me confirme sa disparition soudaine.

Ce 24 décembre 2016, mes 2 petits frères se retrouvent orphelin de père. 11 et 8 ans, jeune avec la vie qui leur tend ses bras. Cette fin d’année 2016, leur a montré que la vie peut aussi être d’une extrême cruauté !

Avec tout mon respect, je souhaite à cet homme de reposer en paix. J’ai pourtant été tiraillé entre deux ressentiments: les remords et la prise de distance face à cette annonce.

II. Des souvenirs joyeux teintés d’une forte déception

Lorsque j’ai connu ce monsieur, j’étais au collège. Au début, tout allait bien. Je trouvais en lui, un véritable soutien. Qu’est-ce qu’on rigolait bien ! Il savait tempérer ma mère lorsqu’elle n’arrivait pas à gérer mon côté rebelle et très recroquevillé sur moi-même.

Je me souviens de cette anecdote, – quand j’y repense, les larmes brouillent ma vue-: Ma mère nous avait laissé ma cadette et moi, aller à un anniversaire qui se déroulait dans une structure municipale.

Le couvre-feu était pour 22H… Donc quand tout le monde commence à s’enjailler, il fallait rentrer ? Impossible pour nous puisque c’est à ces horaires là justement que l’ambiance commence à prendre son envol.

21H30, l’anniversaire commence à battre son plein. La musique est douce, les battles de dance nous ambiancent. 22H est là, et c’était de la dirty south en fond sonore. Impossible pour nous de rentrer nos corps étaient comme envoûtés – Harlem Shake, C-Walk… la base- .

22h30 je suis en plein battle, je shake mes épaules, tape mes petits pas gauche droite… Qui vois-je arriver dans la salle et s’amener en plein milieu de la ronde tout en bougeant à la James Brown ?

james brown rip.gif

Ce sacré bout en train ! Je me souviens encore de son sourire et son air sérieux, l’air de dire  » Hum, mais la musique est pas mal, hein ! «  et tout de suite derrière lui, le visage austère et fermé de ma mère qui n’avait qu’une envie: nous chicoter sur place. Quel contraste ! Clairement, il n’aurait pas été là ce jour-là, ma mère nous auraient littéralement fracassé ahahah.

Il avait raisonné et calmé ma mère en lui expliquant qu’en tant qu’adolescent, c’est normal de vouloir s’amuser avec ses amis et que l’on ne faisait rien de bien méchant.

Mon premier concert de musique congolaise, c’est avec lui et ma mère que je l’ai fait. Je ne suis pas une fan de certaines mentalités congolaises mais qu’est-ce que j’aime la musique de mon bled surtout lorsqu’elle est bien ancienne.

J’avais clairement aimé ces moments qui m’avaient au début, quelque peu rapproché de ma mère et moi.

C’est cet homme là que j’ai aimé –compréhensif, gentil, bourré d’humour et de joie-. C’est cet homme là que je regrette et que je pleure. J’ai aimé cet homme comme jamais mais j’ai aussi méprisé ses actes et ses gestes. Comme on dit de l’amour à la haine, il n’y a qu’un pas

J’ai été mêlée à des situations dont je n’avais pas la prétention de supporter sur mes épaules –bien au contraire– mais je n’ai pu m’empêcher de prendre position face à cela. J’en ai finalement payé le prix fort.

L’abcès n’a pas pu être percé avant son décès et j’en garde des remords car je n’ai pu assainir ces tensions. Vraiment dommage.

Les torts ont été causés et restent figés dans les souvenirs. Je n’ai jamais chercher à me venger, mais je n’ai pas non plus chercher à me réconcilier. Effectivement, je le regrette, j’aurais apprécié lui dire ce que je ressens de cette situation distante et distendue.

Lorsque je me suis retrouvée dans des situations bien galères, je n’ai pu compter que sur moi-même. Des choses ont été dites, des mots qui salissent et qui dans le passé ont longtemps retentit en moi. Pourtant, je ne pense absolument pas avoir gâché ma vie ou être une « casos ». Loin de là, – team #WonderMama -.

III. La mort ne prévient pas, elle fauche et laisse le regard hagard !

mort-deuil-noel-amazonexagone

Je ne sais pas comment me positionner face à ce décès. Je ne savais même pas comment annoncer cela à mes enfants. On m’a taxé d’égoïste mais je ne voyais pas en quoi protéger mes enfants faisait de moi, une personne égoïste.

Vouloir protéger ses enfants d’un triste événement pendant cette période magique et festive pour eux ? Ou les confronter à la mort d’une personne pour laquelle, ils n’avaient malheureusement aucune proximité en les impliquant frontalement dans cette éprouvante situation ? Comment expliquer à un enfant, la mort d’une personne avec qui la distance s’était creusé au point de s’ignorer ?

Les enfants sont des éponges, ils gorgent l’eau qu’on leur donne. Lorsque l’on essore cette éponge, on ne sait jamais de quelle couleur sera l’eau qui en ressortira. Le deuil est déjà un sujet délicat en soi, imaginez-vous donc cela pendant un jour de « fête »…

Je ne peux pas laisser tout ce tourbillon d’émotion impacter mes enfants. Je me suis efforcée de garder le sourire sans oublier de m’autoriser tout de même, ces moments de peine, de tristesse et de recueillement.

tears rip.gif

Étant donné le peu de proximité que j’avais avec cet homme, cette situation me touche de loin et non de près comme ma famille l’espérait. Tout de même, je respecte profondément le deuil de ma fratrie et de ma mère. J’ai mal pour eux.

Je ne suis pas hypocrite et je ne sais pas faire semblant. Beaucoup aiment adopter cette posture hypocrite: s’ignorer de leur vivant et une fois que la mort frappe, s’investir dans les funérailles.

A quoi bon ? Cherchent-ils à s’acheter une bonne conscience ? Qu’est-ce que cela rapporte étant donné que l’absence de la personne est venue remplacer sa présence déjà impacté par la distance ?

Le sort du père de mes petits frères est scellé, notre complicité à jamais détruite… Maintenant qu’il n’est plus de ce monde, à quoi bon chercher à me plier en 8 ? C’est de son vivant que les choses auraient du s’éclaircir.

Il emportera avec lui dans sa tombe, cette part d’ombre entre nous. Et il n’y a plus de possibilité de faire machine arrière et c’est cela qui me fait terriblement mal.

Préserver mes enfants ne veut pas dire qu’il faille mentir. Je ne pouvais donc pas garder indéfiniment cette situation sous silence. Après que l’euphorie de Noël soit passé, j’ai expliqué à mes enfants cet événement avec des mots d’enfants. Que le père de mes petits frères a rejoint le ciel. Que mes petits frères ne reverront plus leur papa mais qu’il veille sur eux chaque jour et chaque nuit.

IV. Des maux qui me permettent d’écrire ces mots

cher los noel sera plus jamais le même.gif

Tu as rejoint ta dernière demeure, on la rejoindra tous lorsque viendra notre heure. À tes funérailles, j’ai vu ô combien tu étais aimé et estimé. En ce jour funèbre, j’ai vu des gens te pleurer sincèrement et d’autres qui faisaient trop de semblant à croire que la vie se déroule sur un grand écran.. Une chose est sûre, c’est que ta disparation laisse un très grand vide auprès de tes proches.

Ta mort me rappelle que l’on est juste de passage. Une profonde remise en question s’est opéré en moi: il faut que je fasse table rase de ce détachement que j’ai développé face à ma mère. À trop avoir attendu qu’elle pose réellement les yeux sur moi et sur ce que je ressens, je me suis lassée et pris mes distances.

Dieu sait l’amour que je lui porte, mais quand tu t’essouffles à réclamer un amour maternel, cet amour protecteur, reconnaissant et chaleureux … 2 choix s’offrent à soi: Continuer à réclamer ou se résigner et s’éloigner. J’ai opté pour le 2e choix. D’autant plus que je suis moi-même maman, je ne peux pas continuer de consacrer mon énergie à ce niveau alors que je pourrais le consacrer à la famille que je construis.

Je me dois donc de continuer d’avancer en mettant de l’eau dans mon vin car pour mes petits frères, car Noël ne sera plus jamais le même !

Je te souhaite donc de reposer en paix et que ton âme puisse trouver l’éternelle tranquillité.los-repose-en-paixCa fait un an que tu nous as quitté. J’aurais sincèrement aimé que cet abcès puisse être crevé avant que tu ne disparaisses à jamais.

A toi, tonton Los.

« Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c’est la présence des absents, dans la mémoire des vivants. » — Jean D’ormesson

intersection amazone hexagoneEt vous, comment auriez-vous vécu un deuil en période de fêtes ?

Comment auriez-vous vécu, le deuil d’une personne qui fait partie de votre vie et de votre famille mais avec qui les relations étaient distantes et peu chaleureuses ?

N’hésitez pas à me répondre en commentaire, cela me ferait pleinement plaisir de vous lire.

L'amazone Odélya

Facebook Comments
Suivre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *